2021 : où sont passés les blogs ?

Tout a commencé, où plutôt recommencé, lors d’une conversation avec l’une de mes collègues à qui j’expliquais, un peu nostalgique, que je gérais ma page Facebook comme un blog, parce que les blogs, tels que je les avais connus, n’existaient plus.

Je suis une blogueuse récidiviste.

C’est aux alentours de 2004 que j’ai créé, sur Canalblog, mon premier espace internet : « Didou On Line ». Fermé, ouvert, fermé, ouvert, fermé, laissant en plan puis retrouvant mon lectorat sous d’autres noms et sur d’autres plateformes.

Tout le monde à l’époque pouvait s’y exprimer, même les adeptes de paillettes, licornes et dauphins qui piquent les yeux. On n’avait rien d’autre à promouvoir ou à vendre que nos passions, nos pensées, nos vies plus ou moins grandes.

Naissance de la blogosphère.

Mardi 16 décembre 2008 : bienvenue sur Hellocoton, acteur majeur de la blogosphère féminine (1). Toutes les blogueuses étaient là (même les filles aux dauphins). Chaque jour, la rédaction épluchait nos contenus et mettaient en avant les articles qu’elle jugeait intéressants, classés par rubriques : humeur, lifestyle, mode, voyage, beauté… Le Graal ? Faire la une ou la « grande une » du site. Quelle exposition ! Et quelle fierté narcissique.

Le positif de cette envie soudaine de notoriété : nous pousser à produire un contenu de qualité dans un contenant séduisant, qui donne envie au lecteur de rester, d’explorer, de s’abonner. Le négatif : l’arrivée des opportunistes, VRP du net, spécialistes du billet sponsorisé, amatrices d’échantillons gratuits, attirant un lectorat versatile à grand renfort de jeux concours. Elles sévissent aujourd’hui sur les réseaux sociaux sous la casquette d’influenceuses.

A la vente d’Hellocoton à Prisma Media en 2012, NOTRE Hellocoton s’est vu rattaché au site du magazine Femme Actuelle et les écrits des blogs d’humeur ont commencé à y disparaître, laissant la place à des contenus dans la continuité du site.

Mais c’est quoi un blog d’humeur ?

C’est un genre de journal pas intime. C’est l’annexe de la machine à café du bureau, du bistrot du coin, le prolongement des conversations entre potes. C’est l’endroit où les pipelettes en manque d’auditoire, comme moi, viennent déverser leur trop plein de trucs à raconter, plus ou moins intéressants (sursaut de modestie).

Les blogs n’ont pas disparu !

Ils sont bien là, les humeuristes, toujours prolifiques, et parfois même très drôles ! Il faut savoir les débusquer, user du bon mot clé. Mais ils sont là ! Et je suis heureuse de renouer avec ce type de lecture. J’aime aussi beaucoup parcourir les blogs « lifestyle » (style de vie en français, mais ça prend trop de place dans le menu), sous réserve que je n’y décèle aucun partenariat.

Bref, me revoilà.

Parce que m’ennuie et parce que bloguer m’a toujours procuré du plaisir, me revoilà. Bienvenue sur Diabolo Mandarine, le fabuleux blog de Lydie Dee !

Photo de Kaboompics .com provenant de Pexels
(1) L’activité était très féminine à l’époque, mais les garçons étaient les bienvenus.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s